Skip to content
Prochain webinaire : Libérez la puissance de la recherche sur Censys avec Em Averton | 27 juin à 13h ET | S'inscrire maintenant
Blogs

Influence potentielle de la Chine sur l'infrastructure informatique africaine

Résumé

Entre le 10 et le 21 février 2023, Censys a découvert au Kenya, en Zambie, en Afrique du Sud et à l'île Maurice plus de 46 000 appareils commerciaux associés à quatre fabricants chinois de technologies figurant sur la liste noire des États-Unis. Huawei, ZTE, Hikvision et Dahua ont été inscrits sur la liste noire du gouvernement américain en novembre 2022 et l'importation ou la vente de leurs équipements a été interdite aux États-Unis pour des raisons de sécurité nationale. D'autres grandes entreprises technologiques chinoises ne figurant pas sur la liste noire des États-Unis ont également été trouvées présentes dans les infrastructures de ces pays. Parmi celles-ci, nous n'avons retenu que Xiongmai Tech, un important homologue chinois de Hikvision. Ces dispositifs comprennent des caméras de circulation, des caméras de sécurité résidentielles et commerciales et des dispositifs en réseau à grande vitesse. Censys a constaté que de nombreuses entreprises africaines de télécommunications intègrent ces technologies dans leurs réseaux et leur infrastructure numérique, ce qui pourrait témoigner d'une volonté d'accroître l'influence de la Chine dans l'infrastructure régionale africaine. L'observation par Censysd'une architecture de réseau chinoise dans toute l'Afrique, notamment à l'île Maurice, nœud régional de l'internet, où 25 % des hôtes résident sur une architecture de réseau chinoise, va dans le même sens.

Observations

Contexte :

À la mi-février 2023, les analystes de Censys ont étudié la tendance potentielle au développement de "villes intelligentes" ou de "villes sûres" en Afrique, sur la base du rapport de mai 2020 de la Commission d'examen de l'économie et de la sécurité entre les États-Unis et la Chine (USCC) sur les objectifs stratégiques de la Chine en Afrique. Dans le cadre de cette enquête, les analystes ont effectué un certain nombre de recherches sur les infrastructures chinoises de télécommunication et de surveillance dans un certain nombre de pays africains, en mettant l'accent sur les caméras, les systèmes de contrôle et les équipements de surveillance intelligents. Bien qu'il n'y ait pas assez de preuves pour suggérer un développement significatif des capacités d'exploitation de la surveillance ou de la répression numérique, Censys a trouvé une quantité considérable d'appareils produits en Chine présents dans les infrastructures de télécommunications africaines, et a donc pivoté pour identifier toute tendance ou développement notable.

Résultats :

Dans le cadre de l'enquête, les analystes de Censys se sont concentrés sur les pays du Kenya, de l'Afrique du Sud, de l'île Maurice et de la Zambie, à la recherche d'appareils découverts par le biais des analyses Censys et hébergeant des logiciels chinois développés par les fabricants technologiques chinois Huawei, ZTE, Hikvision, Xiongmai Tech et Dahua. Parmi ces entreprises, Hikvision, ZTE et Huawei étaient respectivement les plus importantes, le précurseur, Hikvision, ayant environ 24 000 de ses appareils exposés publiquement dans ces pays. Parmi les pays, l'Afrique du Sud est le plus grand précurseur avec environ 39 000 produits de ces entreprises chinoises apparaissant sur l'internet. Ces chiffres élevés pour l'Afrique du Sud et Hikvision sont très certainement dus aux partenariats importants que Hikvision a conclus avec le gouvernement sud-africain pour les réseaux de caméras de sécurité dans les lieux publics très fréquentés et le long des grands axes routiers, tels que l'autoroute Sea Point au Cap, en Afrique du Sud.

En plus d'avoir trouvé un grand nombre d'appareils fabriqués en Chine, les analystes de Censys ont également noté que 28,64 % de ces appareils utilisent activement des ports RTSP (Real Time Streaming Protocol). "RTSP est un protocole de couche d'application conçu pour les systèmes de télécommunications et de divertissement afin de contrôler la diffusion de données multimédias. Le RTSP est un protocole de signalisation, il contrôle la session de transmission des données". Bien qu'il s'agisse d'une norme de port plus ancienne, le RTSP est aujourd'hui le plus souvent associé aux caméras IP, qu'elles fassent partie d'un système de sécurité plus large ou qu'elles soient intégrées à des systèmes autonomes, tels que les drones[via flussonic.com].

Une analyse plus approfondie des hôtes découverts a révélé que presque tous les appareils fonctionnaient sous des numéros de systèmes autonomes (ASN) associés à des fournisseurs africains tels que Herotel, Vodacom, Safaricom, MauritiusTelecom et Zamtel. Parmi ces fournisseurs, Zamtel est le seul télécom public, l'unique actionnaire de la société étant le gouvernement de la République de Zambie. La Zambie est citée dans le rapport de l'USCC comme étant un bénéficiaire direct des investissements chinois dans la "Route de la soie numérique" et comme partenaire du projet de ville sûre de Huawei. Zamtel étant une entreprise publique, elle serait un partenaire technologique de premier plan dans tout projet de ville sûre en Zambie avec la Chine.

Tableau des pays et du nombre correspondant de dispositifs d'accueil :

Exemples d'hôtes découverts par Censys présentant des logiciels chinois dans les capitales africaines :

Dans une perspective plus large, Censys a également examiné l'ASN ou les noms de réseau des hôtes du Ghana, du Kenya, de l'île Maurice, de l'Afrique du Sud et du Nigeria afin de comprendre à quel point l'infrastructure de réseau chinoise est répandue dans ces régions. Le leader incontesté est l'île Maurice, avec plus de 25 % de ses hôtes résidant sur des réseaux chinois. L'île Maurice s'est positionnée comme un centre économique stratégique entre l'Asie et l'Afrique, en plus d'accueillir le siège du Centre d'information sur les réseaux africains (AFRINIC) et de servir de nœud pour de nombreux câbles internet sous-marins qui aident à relier l'Afrique au reste du monde. Selon de nombreuses sources, on trouve des équipements Huawei partout. Outre les intérêts économiques, on peut supposer que la Chine a fait appel à l'entreprise de technologie et de surveillance bien établie Huawei pour mettre en œuvre des architectures de réseau à Maurice pour de nombreuses raisons qui pourraient inclure le contrôle et la surveillance des informations qui traversent ces nœuds de réseau critiques.

[via ThePrint]

L'évaluation

Bien que les dispositifs chinois dans ces quatre pays ne représentent qu'environ 3,63 % du nombre total de dispositifs trouvés (au moment de la rédaction de ce rapport), les mêmes entreprises chinoises qui opèrent déjà dans ces pays seraient presque certainement les mêmes qui seraient utilisées par les pays hôtes pour développer d'importantes capacités de surveillance numérique et de reconnaissance faciale sous le couvert de la mise en œuvre de projets de villes sûres. Censys Les analystes sont d'accord avec le rapport de l'USCC pour dire que ces gouvernements africains profitent de la technologie chinoise pour des rabais importants et à des fins essentiellement bénignes pour jeter les bases d'une infrastructure numérique. Toutefois, ces mêmes réseaux pourraient être modernisés pour soutenir et étendre les réseaux de surveillance numérique au-delà du renforcement des forces de sécurité et de police locales et pourraient devenir l'épine dorsale de ces gouvernements pour refléter l'état de surveillance de la Chine. Cette inquiétude est amplifiée par le fait que plus de 25 % des hôtes du réseau de l'île Maurice résident sur des réseaux basés en Chine.

La Chine continuant à promouvoir auprès des pays africains ses concepts de villes sûres faisant appel aux caméras vidéo, à la reconnaissance faciale, au suivi en temps réel et à d'autres technologies, l'implication croissante de ces entreprises chinoises représenterait presque certainement un désir d'exporter les capacités de surveillance interne de la Chine.

Prochaines étapes

À l'avenir, Censys estime qu'il sera important de maintenir une connaissance de la situation concernant le nombre d'appareils fabriqués en Chine présents sur le continent africain, et de continuer à observer et à surveiller tout partenariat de surveillance numérique annoncé publiquement entre l'État chinois et les pays africains. Grâce à la connaissance continue de cet espace, le public peut mieux défendre sa vie privée numérique et veiller à ce que les entités gouvernementales soient tenues pour responsables du maintien de la sûreté, de la sécurité et de la bonne conduite dans le cadre de ces initiatives.

Pour toute question, envoyez un courriel à federal@censys.io. Pour consulter ce rapport et d'autres informations, visitez le site censys.io/federal.

A propos de l'auteur

Samuel Hoffman
Analyste de l'intelligence interne
Sam Hoffman est analyste du renseignement interne à l'adresse Censys. Auparavant, Sam était cryptologue et linguiste arabe pour la marine américaine. Il a travaillé dans le renseignement militaire ainsi qu'avec plusieurs agences fédérales. Sam suit actuellement les cours de l'université Johns Hopkins dans le cadre de son programme de maîtrise en analyse du renseignement.
Solutions de gestion de la surface d'attaque
En savoir plus